Classcraft, l’éducation du XXIème siècle

Le problème de l’école et de l’apprentissage est souvent le même partout dans le monde : comment motiver les élèves à véritablement s’engager en classe et à prendre plaisir à apprendre ? Et si la gamification pouvait aider les enseignants à redonner l’envie d’apprendre aux élèves ? Beaucoup d’initiatives vont dans ce sens comme notamment l’école Quest to Learn et le projet Classcraft.

Quésako ?

Classcraft est un jeu de rôle inspiré de World of Warcraft destiné aux élèves et professeurs,

shawn young

Shawn Young

créé par Shawn Young, un professeur de physique d’un lycée québécois. Afin de stimuler la motivation et la collaboration des élèves, le cours est transformé en jeu de rôle dans lequel les élèves sont regroupés en groupe de 5 ou 6, et le professeur se transforme en maître de jeu. Chaque élève peut choisir une classe de personnage (mage, guérisseur ou guerrier) et va ainsi disposer de certains pouvoirs. Chaque élève remportera des points d’expérience pour faire évoluer son personnage, en cas de bonne réponse par exemple mais pourra en perdre également (s’il ne rend pas un devoir en temps et en heure par exemple).

Les pouvoirs de chaque élève se développent avec les points d’expérience et lui permettent de demander de l’aide au professeur lors d’un examen ou d’écouter de la musique en classe. Les personnages sont personnalisables et peuvent être accompagnés de familier. Le professeur peut attribuer des points aux élèves ayant un bon comportement très facilement. Très intuitif, le logiciel propose également un feedback aux parents – qui pourraient être réticents à l’usage d’un tel support en classe – afin que ceux-ci puissent suivre la progression de leur enfant ainsi que ses comportements.

perso

Complémentarité des personnages

Bien évidemment, les élèves ont tous joué au moins une fois à un jeu vidéo. L’interface type jeu vidéo leur permet immédiatement d’être immergé et en terrain connu. Les cours deviennent plus interactifs et l’élève reprend goût à l’école grâce au jeu. Le logiciel reprend les codes visuels des RPGs.

Classcraft est proposé à des tarifs vraiment corrects. La version gratuite ne propose que l’essentiel : il n’y a pas de quêtes proposés ni de support pédagogique pour l’enseignant, comme la gestion de questionnaire en ligne. La version complète ne coûte que 8 dollar par mois, et les enseignants peuvent obtenir une réduction s’ils sont plus de trois à commander.

Le principe de Classcraft

Shawn Young, le créateur de ce logiciel, a voulu proposer une alternative réussie d’éducation gamifiée. Le site web de Classcraft explique les principes derrière ce projet.

Shawn Young a conscience qu’aujourd’hui, les élèves ont accès au monde et aux informations grâce à internet notamment. Il faut leur proposer une expérience inédite, une plus-value réelle dans le fait de participer en classe. Classcraft est un moyen de motiver l’élève et de lui offrir une expérience d’apprentissage inédite. Il insiste d’ailleurs sur le fait que des jeux bien conçus sont un moyen d’atteindre ce but. En effet, d’autres jeux moins bien pensés ont été sujet de critiques : les élèves ne recevaient que des badges ou des points et rien n’était pensé au-delà de ces quelques mécanismes de jeu.

Interface de Classcraft

Interface de Classcraft

 

Shawn Young a créé le logiciel de façon à ce qu’il soit simple d’utilisation et rapide à mettre en place, le but étant d’aider les professeurs et les élèves, non de leur faire perdre du temps. De plus, il a constaté que les élèves étaient moins réticents à prendre des cours de physique car, grâce à cette expérience d’apprentissage, la physique est plus simple et facile à étudier. Cela a également changé les relations entre élèves et professeurs : elles sont moins formelles et les élèves ne voient plus le professeur comme quelqu’un d’inaccessible.

Shawn Young insiste beaucoup aussi sur le fait que Classcraft n’est pas là pour changer le contenu des enseignements mais pour changer la façon dont ils sont transmis. Il souhaite que le logiciel soit accessible pour tous les professeurs et les élèves.

Pourquoi ça marche ?

Beaucoup d’élèves sont en échec scolaire parce qu’ils perdent à un moment ou un autre la motivation : pourquoi continuer, qu’est ce que cela va m’apporter plus tard, qu’ai-je appris ? La gamification pourrait être une solution alternative à ce problème récurrent. En 2014, Classcraft était utilisé par plus de 7000 élèves venant de 25 pays différents, une belle réussite. Pourquoi ?

Premièrement, les risques et les récompenses sont réels : si l’élève a un bon comportement, il obtiendra de l’aide ou un privilège en classe. Ce n’est pas juste un joli badge, c’est quelque chose de concret et d’utile ou d’agréable pour l’élève. C’est une source de motivation sur le long terme. Si l’élève ne rend pas un devoir ou perturbe la classe, il risque une vraie punition ou une retenue s’il ne change pas son attitude.

Deuxièment, la complémentarité des classes de personnages permet une véritable collaboration entre élèves car ils n’ont pas les mêmes pouvoirs et pour réussir, il faut l’appui de tout le monde. Cela permet également de toucher plus de styles de personnes différentes. Quelqu’un de sociable préférera jouer un Healer par exemple.

De plus, les jeux vidéos remplissent trois besoins fondamentaux : le besoin d’autonomie (pouvoir faire des choix), le besoin de compétences (pouvoir surmonter des difficultés) et le besoin de relations (qui ajoute de la valeur au jeu). Or, R. Viau (dans La motivation : condition au plaisir d’apprendre et d’enseigner en contexte scolaire) a démontré que ces besoins sont identiques pour stimuler la motivation dans l’apprentissage. Classcraft répond à ces besoins : l’autonomie car l’élève peut faire des choix comme personnaliser son avatar, les compétences car l’élève doit se surpasser et apprendre pour réussir les questionnaires ou les examens, et les relations par le travail en équipe et la collaboration. Les élèves peuvent véritablement prendre le contrôle du processus d’apprentissage. De plus, on travaille mieux en équipe que seul et dans le monde professionnel, rare sont ceux qui travaillent seuls.

Enfin, ce logiciel a été créé par un professeur, quelqu’un qui connaît le monde de l’éducation et l’univers de la classe. Selon Shawn Young, Classcraft se focalise sur le comportement, la motivation et la coopération, c’est-à-dire sur l’univers de la classe et non juste l’enseignement. Si l’élève est motivé, se sent soutenu et encouragé pour son comportement, il apprendra dans de meilleures conditions. La vidéo de présentation ci-dessous est expliqué par Shawn Young lui-même :

C’est une belle initiative qui permet de dépoussiérer l’enseignement traditionnel et de motiver durablement des étudiants. Cependant, je doute qu’en France, cela soit possible étant donné le fait que l’école est très codifiée et les enseignants n’ont pas toujours la liberté de faire ce qu’ils souhaitent. Espérons que cela puisse être mis en place un jour en France alors que le niveau baisse de plus en plus et que les élèves sont de plus en plus démotivés.

Keep your mind open !

D.L.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :